Marie-Noëlle, une bénévole portée par le vent de la curiosité.

livre

Cet été, pas de répit pour notre rédacteur bénévole, Jean-Charles, qui a poursuivi ses rencontres avec des bénévoles inspirants.  À cette occasion, il a eu le plaisir de rencontrer Marie-Noëlle, qui oeuvre au sein de plusieurs organismes et causes qui lui tiennent à coeur (dont la nôtre, chanceux que nous sommes!). Bonne lecture!  Lire la suite

Publicités

Clémence : « Il faut arrêter de dire qu’on n’a pas le temps. »

woman-570883_960_720.jpg

L’article du journal Metro du 1 mars 2017, nous a permis de découvrir Clémence, une jeune femme énergique et engagée. Arrivée à Montréal il y a 4 ans, le bénévolat lui a permis de trouver un « équilibre de vie ». Entre ses cours universitaires et ses deux emplois, Clémence a trouvé le temps de s’engager auprès d’organismes qui répondent à ses valeurs et à ses envies.

Comme nous le disions dans notre article « S’engager comme bénévole : en route pour le bonheur« , les vertus du bénévolat sont multiples. Dans le cas de Clémence, son engagement lui a permis de diversifier ses activités, de rencontrer de nouvelles personnes et de découvrir des organismes (notamment auprès de la SODER). Mais l’essentiel, pour elle, c’est de faire les choses avec plaisir et de se sentir considérée.

« Si tu fais le choix de donner de ton temps, il faut aussi que ce soit plaisant. Je crois que les organismes doivent veiller à ce que les bénévoles aient du plaisir. La manière dont un organisme traite ses bénévoles, c’est révélateur. »

Pour Clémence, le bénévolat, ce n’est pas une question de temps, mais d’envie.

« Il faut arrêter de dire qu’on n’a pas le temps. (…). J’ai rencontré beaucoup de gens qui considèrent que le temps, c’est de l’argent, mais je ne suis pas du tout d’accord avec ça. Je n’ai aucun problème à donner de mon temps. Et je ne considère pas que je perds mon temps à faire ça. »

Récemment diplômée et riche de ses diverses expériences auprès d’organismes artistiques et communautaires, elle rêve désormais d’une carrière dans un organisme.
Et c’est tout le « meilleur » qu’on lui souhaite!