Nous vous avons préparé un dossier spécial sur une thématique qui touche de plus en plus de personnes.

La Journée internationale des personnes handicapées

Depuis 1992, la “Journée internationale des personnes handicapées” est célébrée le 3 décembre de chaque année. L’Organisation des Nations Unies encadre différentes actions autour de la Journée.

Elle vise à promouvoir les droits et le bien-être des personnes handicapées dans toutes les sphères de la société et du développement et à accroître la sensibilisation à leur situation particulières dans tous les aspects de la vie politique, sociale, économique et culturelle. Cliquez ici pour consulter la page de l’ONU

Un portrait global et local

Selon l’Office des personnes handicapées du Québec, plus d’un milliard de personnes à travers le monde ont une incapacité. Cela représente 15% de la population.

Au Québec, il s’agit d’environ 616 740 personnes, soit 9.6% de la population.

Toutes les tranches d’âges ne sont pas touchées également par les handicaps.

«Le taux d’incapacité augmente considérablement avec l’âge. Il passe de 3,4 % chez les 15 à 34 ans à 32,9 % chez les 75 ans et plus. Considérant le vieillissement de la population, on peut prévoir que le taux d’incapacité est appelé à augmenter au Québec», explique l’OPHQ. Cliquez ici pour consulter l’article de TVA Nouvelles

Qui sont les “personnes handicapées”? Si l’image de la personne en chaise roulante est bien souvent une icône, il faut se rappeller que de nombreuses conditions sont invisibles.

photo-1519053450113-32bed8bbf61d

Un questionnement

Le concept du handicap fait poser bien des questions.

Qui est handicapé et qui n’est pas handicapé ?
Faudrait-il concevoir la problématique comme une question à part ?
Qui oserait se déclarer parfait de la manière dont il est conçu et qu’il existe ?

En reponse à ces interrogations, nous devrions observer que toutes les personnes ne sont pas identiques, ne disposent pas des memes capacités physiques, des mêmes facultés intellectuelles ou cognitives, des mêmes avantages. Cliquez ici pour lire la réponse de Horizon Handicap Comores au complet

L’idée de la “personne handicapée” est contestée puisqu’elle suggère une comparaison entre des personnes avec des habiletés complètement différentes.

L’expression “personne en situation de handicap”, quant à elle, est de plus en plus utilisée.

Prenez une personnes déficiente motrice qui se déplace en fauteuil roulant (manuel ou électrique peu importe). Pour peu qu’elle puisse conduire dans une voiture adaptée, que sa maison et son lieu de travail aient reçu les adaptations nécessaires pour qu’elle soit entièrement autonome, en quoi est-elle limitée dans ses interactions avec son environnement ou dans ses activités? En quoi est-elle handicapée?
En rien.

Par contre pour peu qu’elle doivent prendre les transports en commun, que ceux-ci ne soient pas adaptés avec les ascenceurs, les plateformes etc… adéquates, que les trottoirs de sa ville soient trop étroits et que la mairie et sa banque ne soit accessible que via 10 marches, elle va être mise en situation de handicap. Mais si on avait fait toutes les adaptations nécessaires, la situation (de handicap) n’aurait pas existé. Cliquez ici pour consulter l’article de Cube Santé au complet

Cette appellation ne fait cependant pas l’unanimité, car elle est parfois qualifiée de stérile et culpabilisante.

Vous cherchez une ressource?

Cliquez ici pour une liste de ressources pour les handicaps physiques

Cliquez ici pour une liste de ressources pour les handicaps intellectuels

Cliquez ici pour retrouver la page de la Ville de Montréal

Bonne Journée de la personne en situation de handicap/de la personne handicapée !

 

Publicités