20180417_100704Notre nouvelle rédactrice bénévole , Gaëlle, est partie à la découverte du CRAC (Centre de Ressources et d’ Action Communautaire). Située dans la Petite-Patrie, l’organisme a récemment ouvert une épicerie solidaire,  le Panier Engagé,  permettant aux résidents du quartier d’acheter des produits de base à faible coût. Une belle initiative qu’il nous fait plaisir de vous faire découvrir! Bonne lecture ! 

Entretien avec Juliette Brana (Coordonnatrice des bénévoles pour le CRAC) et Savaniah, une bénévole impliquée depuis trois ans.

Bonjour Juliette! Merci de nous recevoir dans ces lieux! Pouvez-vous nous dire quelques mots sur vous? Depuis combien de temps occupez-vous ce poste au CRAC?

Bonjour, je m’appelle Juliette Brana, je suis coordonnatrice aux membres et aux  bénévoles au sein du CRAC depuis quelques mois. Je suis arrivée au mois de Décembre 2017. Le CRAC a connu quelques changements importants au sein de l’organisation en interne,mes collègues ne pouvant plus assurer seules la gestion des bénévoles la directrice a cherché une personne susceptible de gérer cette partie qui prenait de plus en plus de temps. Le poste de coordonnatrice des bénévoles a donc été crée (en charge des bénévoles et bien d’autres choses encore!). J’ai accepté avec enthousiasme et je suis heureuse aujourd’hui de faire partie de cette équipe dynamique et chaleureuse.

Pouvez-vous nous présenter le CRAC ? Quelle est son histoire?

Le CRAC (le centre de ressource et d’action communautaire de la Petite Patrie) est un organisme communautaire. Celui-ci existe depuis plus de vingt ans. Notre première activité est d’offrir aux résidents du quartier une alimentation saine, abordable, dans un souci d’échange, de rassemblement et bien sûr leur apporter le bien-être et l’écoute dont ils auraient besoin. On veut être un point de rencontre qui fait la différence. Ce que nous recherchons avant tout, c’est que tout le monde se sente à l’aise en ouvrant les portes du CRAC. Peu importe le revenu monétaire et la situation.
Le but étant que toute personne venant faire ses courses ici se sente à égalité.

Dans un souci d’implication sociale, depuis l’ouverture de notre épicerie solidaire, nous avons mis en place une politique de bénévolat de trois heures par mois pour accéder aux services du CRAC. On va tenir compte du temps et de la flexibilité de chacun (par exemple des enfants à charge, une recherche d’emploi ou autres…), mais aussi des habiletés et intérêts pour que tout le monde trouve sa place. Nos bénévoles sont précieux pour le CRAC sans eux, la tâche serait ardue! On ne les remerciera jamais assez!

Pouvez-vous nous parler des activités à venir du CRAC?

20180417_100046Depuis quelques mois nous avons lancé  « le Panier engagé », notre épicerie solidaire. Son but est de faire bénéficier nos membres de produits d’épicerie à moindres coûts c’est un projet inclusif qui veut prioriser un enrichissement global plutôt qu’un profit économique, par l’implication de ses membres notamment.

Tout le monde peut devenir membre, il faut venir essayer! On est ouvert du lundi au jeudi à partir de treize heures.

Nous avons aussi « la Récolte engagée » en partenariat avec le marché Jean Talon, qui va reprendre au printemps , nos bénévoles se chargent de récupérer, trier et laver les fruits et légumes invendus, donnés par les commerçants du marché voisin. Vous savez, nous récupérons une tonne de fruits et  légumes par semaine! Tout ça demande des bras pour venir nous aider!

Pouvez-vous nous dire quels ont été vos plus gros challenges ces dernières années, et les difficultés rencontrées?

J’ai de la chance de pouvoir travailler dans un milieu chaleureux. Toute l’équipe est soudée, faite de personnes généreuses, sérieuses et toujours là pour proposer ses services (nous avons des bénévoles supers et vraiment impliqués.)
Chaque matin en arrivant ici, je comprends que mon travail a un sens profond. Le CRAC a un vrai rôle dans ce quartier de la Petite-Patrie. Alors, les défis sont moins ardus avec une ambiance comme cela.
Je vous dirais que les principaux défis, c’est une vraie visibilité dans le quartier, une communication efficace, un rayonnement qui doit s’étendre au-delà qu’un simple bouche-à-oreille. Il y a aussi toute une politique de bénévolat à gérer, organiser leurs horaires…Il faut savoir les garder et ne pas les décourager!

La semaine prochaine ouvrira officiellement l’épicerie. Nous avons aussi besoin de nombreux bénévoles pour nous aider à la récolte engagée. Cela veut dire donner du temps au centre CRAC, trier, peser les légumes, etc. Tout ça se fait dans la bonne humeur, c’est aussi une belle aventure humaine! Cela se fait tous les lundis, mercredis et vendredis du mois d’avril à octobre prochain. On a besoin de monde!

Je dirais enfin, pour conclure sur ce point, qu’il faut sans cesse être à l’écoute et réévaluer les besoins afin d’offrir de meilleurs services. Il faut savoir être adaptable! Notre but c’est de créer une cohésion sociale, lutter contre le gaspillage et la pauvreté. Voilà le vrai message. Cela demande de l’organisation pour être crédible.

Comment pouvons-nous vous aider concrètement, quels sont vos besoins les plus urgents en ce moment?

Des bénévoles évidemment ! Puis nous offrir un maximum de visibilité via la communication, comme cet article avec Accès Bénévolat!

Merci beaucoup, pour finir cette entrevue, avez-vous une belle anecdote à nous raconter?

Je peux témoigner de la disponibilité et de la richesse des personnes que je rencontre ici. Il n’y a pas de morosité. Il y a un vrai partage. Je laisserais la parole à une ancienne bénévole, Savaniah.

Merci Savaniah de nous partager votre expérience au CRAC. Pouvez-vous en dire quelques mots? Qu’est-ce qui vous plait ici?

Avec plaisir! Je suis bénévole au CRAC depuis plus de trois ans.

Ici c’est plus qu’un bénévolat, c’est une véritable famille que j’ai trouvée.

20180417_095449

J’ai à peu près tout réalisé comme type de bénévolat. Allant de la distribution alimentaire à l’aide informatique, j’ai aidé des personnes pour faire leurs impôts et bien plus selon les besoins. Je m’implique beaucoup ici. Il faut un réel sens du service.

Ici je suis utile, je ne travaille pas, cela me permet de rester « active » au sein de la société. Au CRAC, j’y ai découvert une atmosphère de bienveillance. La directrice du CRAC, Nathalie, lors de mon entrevue, m’a frappé par sa gentillesse et sa joie de vivre.

Et j’ai découvert beaucoup de bonnes personnes ici. Cela m’a permis de sortir un peu de mon isolement en tant que femme trans.  Je suis heureuse de faire partie cette équipe.

Merci beaucoup Juliette Brana, merci Savaniah pour votre précieux témoignage. Bonne journée à vous deux!

Gaëlle De Rocquigny

 

Publicités