alain-fan-club2Chez Accès Bénévolat, on ne tarit pas d’éloges sur lui et tout le monde le connait. D’ailleurs, si vous êtes bénévole ou membre d’un organisme partenaire, il est presque certain que vous avez déjà eu affaire à lui, par courriel ou au bout du fil. En trois ans, cet hyperactif de 57 ans est devenu un membre indispensable à l’équipe. Alain participe à toutes les AGA, nous aide à préparer les évènements et même à redonner une seconde vie au carré d’arbre à côté de notre bureau. Mais qui est-il vraiment ? Retour sur un parcours atypique. Un article de notre rédactrice bénévole Aude Simonnot-Lanciaux.

Actuellement, Alain travaille à mettre à jour les bases de données, celle des organismes partenaires et celle des bénévoles. Plus concrètement, il doit contacter 164 organismes sur les 323 organismes actifs d’Accès Bénévolat pour faire le point sur leur situation et leurs besoins. Il fait de même avec les bénévoles actuels afin de savoir comment se passe leur mission ainsi qu’avec ceux qui souhaitent s’engager, pour voir où ils en sont dans leurs démarches auprès des organismes. Il reporte ensuite ces informations en version informatique. Un travail aussi fastidieux qu’indispensable comme le sait Alain qui n’hésite pas à s’autoproclamer « exécuteur du sale boulot ». Parfois, il aide également Fatou à informatiser les dossiers des nouveaux bénévoles et s’occupe du standard quand Joëlle est occupée.

Après deux heures passées avec lui à échanger sur son parcours on peut être certain d’une chose, c’est qu’on aimerait bien travailler avec lui.

D’ailleurs, ses collègues confirment :

« Alain est un homme minutieux, il fait son travail jusqu’au bout ».Martine, responsable du soutien aux organismes.

« Quand je l’ai rencontré pour la première fois, j’ai tout de suite vu que c’était un bon communiquant. Il est très à l’aise au téléphone. Il obtient un taux de réponse de 100%, on n’avait jamais vu ça ! » – Claudia, responsable de l’orientation des bénévoles.

« Alain, c’est le sentiment d’appartenance personnifié. Il aime être ici, parfois il passe juste pour dire bonjour » – Fatou, responsable de l’orientation des bénévoles et de l’équipe volante.

alain bureauMais s’il est aujourd’hui à l’aise dans ce travail de bureau, c’est sur le terrain qu’il a d’abord pensé à agir. Son engagement prend racine dans les années 90. À l’époque, Alain est peintre et plâtrier. Un jour, son ami Robert Fisette lui propose de co-animer avec lui des ateliers qu’il a lui-même conçus et qu’il dédie, via l’organisme Leucan, aux enfants atteints du cancer. Séduit par l’idée et appréciant particulièrement ce travail de terrain, il l’accompagnera en 1996 et en 1997 avant de quitter le monde communautaire pour se consacrer à d’autres projets.

Il reprendra du service avec son ami Robert en 2012, auprès des enfants des HLM cette fois. Parrainés par les polices de quartier, ils proposeront alors aux enfants de 3 à 10 ans des jeux d’adresse mettant en scène des super héros. L’objectif ? Créer du lien social, occuper ces enfants à la sortie de l’école et ainsi, éviter qu’ils s’ennuient ou tombent sous des influences parfois néfastes. Aujourd’hui, il est également membre du comité logement Rosemont, de l’organisme Bouffe-Action et est membre fondateur d’une coopérative d’habitation.

Malheureusement, à partir de 2015, des problèmes de santé vont obliger Alain à changer de vie. Suite à de nombreuses opérations, il se retrouve avec une prothèse à la jambe et une autre à l’épaule et ne peut plus exercer son métier ni travailler sur le terrain. Devant se reconvertir, il choisit de s’orienter vers l’informatique et entreprend avec Puce Communautaire (ressource informatique), une formation sur la suite Office. Un environnement certes très nouveau pour lui mais qui lui convient plutôt bien. Pour valider cette formation, il doit effectuer un stage pratique de 140 heures. Il y voit une nouvelle manière de s’investir au sein de la communauté et envoie son CV à trois organismes.

alain martineAccepté par les trois, c’est finalement Accès Bénévolat qui aura sa préférence, car le parc informatique y est plus moderne, avoue-t-il. C’est comme cela qu’on lui confie pour la première fois la mise à jour des bases de données. Il prend tout de suite cette mission très à cœur. Il le fait tellement sérieusement que, s’apercevant que 140 heures ne suffiront pas à venir à bout de cette tâche, il décide de continuer en dehors du cadre du stage et intègre ainsi l’équipe interne en tant que bénévole permanent.

Que retient-il de cette expérience ? Et bien si vous le lui demandez, Alain vous dira qu’en étant bénévole, il a pu se réinventer et prendre une nouvelle place au sein de la communauté. Comprenez qu’il est un homme très actif, habitué à se lever à 5h du matin, à bouger, à être dans l’action, à rencontrer des gens et à leur rendre service. Quand il a compris que son corps ne lui permettrait plus de suivre ce rythme, il aurait pu tout abandonner et rester chez lui. Mais il a choisi de prendre un virage et de trouver une autre façon d’agir. Un choix qu’il ne regrette pas du tout et qui lui apporte à la fois la reconnaissance et un certain sentiment d’appartenance.

alain emmanuel

 

À ceux qui se demandent encore comment s’engager, il leur répondra d’aller vers leurs valeurs, leurs besoins, leurs affinités, choisir un projet qui correspond à qui vous êtes en ce moment. D’ailleurs il envisage prochainement de passer une nouvelle étape et de travailler auprès des ainés.

On n’en doute pas il fera, là encore, un excellent travail.

 

Aude Simonnot-Lanciaux

 

 

 

 

 

 

Publicités