La Maison des familles

photo 1Partez à la rencontre de La Maison des Familles de Mercier-Est à travers la plume de notre bénévole rédacteur, Jean-Charles. 

L’idée est née en 1992.  Les citoyens du quartier Mercier voulaient réunir au même endroit les jeunes enfants, les adolescents et les parents d’une même famille.  Un premier projet abouti en service d’Échange Gardiennage en 1996 et en 1997, on ouvre La Maison des Familles.  Cette maison occupe depuis le début une partie du presbytère de l’église St-François d’Assise au 700 Georges-Bizet.  Elle accueille les familles dans toute leur diversité situationnelle.

L’équipe de l’organisme tente de répondre à cette diversité en offrant, par exemple, des services tels la Halte-garderie, des ateliers de stimulation parent-enfant ou simplement des occasions de rencontre.  On convie aussi les familles à participer à des projets tels que l’Aide au devoir, l’Éveil à la lecture et à l’écriture pour les enfants de 0 à 5 ans comme autres exemples.
Enfin, pour des besoins plus pointus, des intervenantes et des éducatrices de La Maison des familles offrent de l’assistance aux familles soit par l’intervention directe ou en les orientant vers d’autres ressources.

Voilà pour la présentation formelle.

L’accueil, l’accueil….et l’accueil !

Une des valeurs fondamentales de La Maison des Familles est l’accueil, l’accueil et l’accueil.
C’est le mot qui a été le plus répété dans l’enregistrement de l’entretien lorsque je l’ai écouté pour réaliser ce texte.  Et ce n’est pas un mot vain.  On m’en a donné un bon aperçu lorsque j’ai été accueilli avec une grande ouverture par trois personnes engagées auprès de l’organisme.  J’avais devant moi des interlocuteurs qui m’ont entretenu avec enthousiasme de leur implication, comme en témoigne leur propos.

photo2

Je vous présente Marc Frédéric Poirier, coordonnateur aux bénévoles.  Diplômé en Techniques de bureautique, microédition et hypermédia et ex-bénévole à La Maison, Marc Frédéric travaille à rehausser la valeur du travail bénévole dans l’organisation.  Il travaille entre autres à perfectionner une banque de données pour mieux répondre à la demande.

«Je me suis rendu compte que de donner un sens à ce que je faisais, cela avait plus d’importance que je pouvais le penser et de travailler proche des gens et avec les gens, ça donne un sens au travail quotidien.  C’est ma motivation.» nous confie Marc-Frédéric.

Voici Mariève Tremblay (à droite sur la photo), agente de communication.  Elle travaille à la visibilité de l’organisme.  Issue du milieu journalistique pour les hebdos de Transcontinental de l’est de Montréal, elle voit à la qualité de la présence de La Maison sur les réseaux sociaux, Internet et le journal local, entre autres.

«C’est en prenant une marche avec mon plus jeune que je l’ai vu (La Maison des Familles).  Cela a pris quelques semaines avant d’oser venir voir ce que c’était.  Puis après, c’est devenu ma deuxième maison (2010-2015).  Je me suis impliquée comme bénévole, puis comme membre.» nous dit Mariève.

Puis, Marie Andrée Bérubé, retraitée du milieu syndical et bénévole auprès de l’organisation depuis janvier 2016, nous fait part de son attachement pour La Maison :

«Cela faisait un bout de temps que j’y pensais.  Bon, qu’est-ce que j’aimerais faire comme bénévolat.»  Le principe d’une maison pour les familles avec sa dynamique propre lui plaisait.  «L’accueil a très bien fonctionné][j’aime ça.» Conclut-elle avec un rire.

Autre chose contribue, à mon avis, à faire de l’accueil un aspect tangible.  On m’a offert de visiter les lieux.  J’y ai vu la pièce à l’accueil.  Deux bureaux meublaient celle-ci et sur lesquels s’étalaient plusieurs documents de travail.  Marc-Frédéric m’a montré deux autres parties qui servaient de salles de jeux; se voyaient des matelas d’exercices et des jouets ici et là.  Un salon et une cuisine bien ornés constituaient deux autres pièces.  Sans parler des couloirs meublés que l’on parcourait pour se rendre d’un endroit à l’autre.  Ce tour des lieux m’a laissé l’impression d’une maison belle et surtout bien habitée.

photo3

Parlons bénévolat.

À l’interne, un des poste important occupé par des bénévoles est celui de préposé..ne faites pas les surpris!…à l’accueil.  C’est la place qu’occupe Marie Andrée.  Elle répond au téléphone et reçoit les parents et les familles participant aux activités (ce pourrait même être juste pour prendre un café et jaser).  Plusieurs plages horaires restent à combler pour cette fonction.  Il reste aussi la demande de bénévoles pour l’intendance de la maison : entretien, commissions, nettoyage des jouets.

À l’extérieur, les projets Aide au devoir et Les Ainés-conteurs demandent la participation de bénévoles.  L’Aide au devoir se passe à la Bibliothèque Mercier en raison d’une heure par semaine.  Six bénévoles sont requis.  Même si l’année scolaire tire à sa fin, les intéressés peuvent s’inscrire auprès de Marc Frédéric pour la prochaine année.  Le projet Les Ainés conteurs requiert le concours d’ainés prêts à raconter des histoires dans des garderies du quartier une fois la semaine pendant 30 minutes.  Dans cette proposition, les responsables visent à impliquer la famille élargie en incluant la participation des grands-parents.

La fête des familles, la grande fête annuelle

N’oublions pas les fêtes dont la plus prestigieuse La Fête des familles.

«C’est notre grande fête annuelle.  C’est la fête de l’été dans le quartier.  Elle attire pas loin de 4 000 personnes. » précise Mariève.

photo 4

Cette fête a lieu dans le Parc des promenades Bellerive situé au bout de la rue Mercier, sur le bord du fleuve, le samedi 27 mai.  À cette occasion, de nombreux bénévoles sont nécessaires pour, par exemple, l’installation du matériel, la surveillance, la médiation auprès du public, etc.

Mariève nous propose d’aller visionner la vidéo tournée à l’occasion de la fête en 2016.

Je vous ai donné un aperçu des activités de l’organisme et de certaines possibilités de bénévolat, il y en a bien d’autres.  Le site internet vous informera davantage.  Mariève vous invite également à la page Facebook qui se trouve plus à jour. L’autre moyen d’en savoir davantage est de communiquer avec Marc Frédéric pour une éventuelle rencontre afin de voir ce qui pourrait bien vous convenir.

Pour terminer, permettez-moi de vous faire part de ma synthèse métaphorique.

Je vous le dis en vérité : n’hésitez pas, téléphonez à La Maison des familles, on vous répondra ; sonnez, on vous ouvrira ; entrez, on vous accueillera.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s