Le bénévolat, participation citoyenne et inclusive

Dîner rencontreLe 16 mars dernier, nous avons organisé un dîner-rencontre avec des bénévoles issus de l’immigration. Cette activité s’inscrivait dans la continuité de notre programme « Le bénévolat, une participation citoyenne et inclusive au service de la communauté », que vous connaissez sans doute par son slogan « Les bénévoles rayonnent…votre cause aussi !».

L’activité avait notamment pour objectifs d’inviter les personnes à parler de bénévolat dans leur parcours d’immigration et de nous dire ce que l’expérience de bénévolat leur apporte, quels défis ils ont rencontrés, etc. En effet, chez Accès Bénévolat, nous pensons que le bénévolat est un facteur d’inclusion et qu’il permet, entre autres, de tisser des liens, de mieux connaître la culture québécoise et d’acquérir de l’expérience. Mais qu’en pensent les personnes concernées? Nous le leur avons demandé.

Six bénévoles se sont présentés chez Accès Bénévolat. Chacun avait apporté un plat à partager. Certains sont venus avec un plat traditionnel de leur pays, d’autres avec ce qu’ils ont pris l’habitude de manger ici. La rencontre a commencé par un tour de table. Chacun s’est présenté, a parlé de son bénévolat, a décrit son plat et les raisons pour lesquelles il l’avait choisi.

« En premier, le verbe aimer, en second, le verbe aider »

HassanHassane est originaire d’Algérie. C’est un homme très engagé. Il fait du bénévolat environ 3 jours par semaine auprès de personnes âgées. Il partage son implication entre les Les Petits Frères, par l’intermédiaire desquels il rend visite à une dame âgée et Le temps d’une pause répit et soutien aux aînés, où il intervient auprès de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. Il aime parler de son bénévolat. Il le pratique avec conviction. Les deux plus beaux mots de la langue française sont, selon lui, « En premier, le verbe aimer, en second, le verbe aider ». Il se sent utile et reconnu. En effet, même s’il doit rentrer quelques mois en Algérie, son pays d’origine, Le Temps d’une pause lui a indiqué qu’ils comptaient sur lui à son retour. De son côté, il souhaite vivement poursuivre cette implication qui lui tient à cœur.

Sa démarche de bénévolat ne s’est cependant pas faite sans difficulté! Au début, il a dû persévérer pour trouver une place où faire du bénévolat. Après avoir essayé, en vain, de rencontrer le responsable du premier organisme auquel il avait été référé, il est revenu voir Claudia, notre conseillère à l’orientation des bénévoles. Elle l’a alors recommandé auprès de l’organisme Le temps d’une pause. Ensuite, de lui-même, il s’est présenté aux Petits Frères. Il dit qu’il a été très bien accueilli au Québec, « notamment par Claudia », insiste-t-il, qui l’a aidé dans ses démarches.

Une expérience de bénévolat qui répond aux attentes

ColetteColette est venue de France il y a près de 10 ans, pour se rapprocher de sa famille et surtout de ses petits-enfants. Elle fait du bénévolat depuis quelques mois à L’Oasis des enfants de Rosemont. Elle souhaitait vraiment faire du bénévolat auprès de jeunes enfants, parce que, pour elle, il n’y a rien de plus merveilleux! Elle a été orientée vers l’Oasis par Accès Bénévolat. Lorsqu’elle a rencontré Cécile, la responsable, « ça a tout de suite cliqué ». Elle aime se rendre chaque semaine à l’Oasis, où elle est attendue impatiemment par les tout-petits qui l’appellent Madame Colette et qui, pour son anniversaire, lui ont offert des fleurs. Elle parle de son expérience avec enthousiasme et émotion. Elle aussi se sent reconnue et appréciée. Parce qu’elle s’était rapidement bâti un réseau à son arrivée au Québec, notamment par un Club de marche, elle n’a pas recherché cela dans son bénévolat. Par contre,  comme elle adore les enfants, c’est de ce côté que son expérience de bénévolat répond tout à fait à ses attentes.

Une cause qui nous tient à cœur

Maria GabriellaMaria Gabriella est Vénézuélienne. Elle vit au Canada depuis 4 ans, alors qu’elle était initialement venue pour étudier. Elle a décidé de faire du bénévolat récemment, en attendant sa résidence permanente. Elle a rapidement découvert comment faire du bénévolat, par Internet, où elle a trouvé les coordonnées d’Accès Bénévolat et elle fait maintenant partie de l’équipe volante. Enseignante d’espagnol, elle aimerait du bénévolat en lien avec sa profession. En attendant la prochaine session de cours donnés par la Maison de l’amitié de Montréal, auprès de qui nous l’avons recommandée, elle s’implique auprès de la Société canadienne du cancer, dans le comité qui organise les campagnes de collecte de fonds : Le Mois de la Jonquille et les Relais pour la vie notamment. Elle aime ça! La cause lui tient à cœur parce que le cancer a affecté quelqu’un de son entourage. De plus, ce bénévolat, en lien avec l’organisation d’événements, lui fait découvrir de nouvelles habiletés qui lui seront utiles, pense-t-elle.

« Connaître du monde, découvrir la culture, se sentir utile et s’intégrer ».

FatmaFatma vient d’Alger. Elle est au Canada depuis 5 ans. Elle a décidé de chercher du bénévolat il y a 3 ans environ lorsque, en parlant avec des mis, elle a appris que c’était un bon moyen pour acquérir la « fameuse expérience canadienne ». Elle a trouvé Accès Bénévolat par Internet et a commencé rapidement à s’impliquer. Elle fait elle aussi partie de l’équipe volante et a participé à plusieurs activités ponctuelles, notamment pour la Société canadienne du cancer et le Regroupement des aveugles et amblyopes du Montréal Métropolitain. Celles-ci lui permettent de « connaître du monde, de découvrir la culture, de se sentir utile et de s’intégrer ». Fatma ajoute qu’elle se sent bien accueillie au Québec.

Venir en aide à ceux qui en ont besoin

SalahL’expérience de Salah, Algérien lui aussi, est différente. Il a bâti son propre réseau d’entraide pour les nouveaux arrivants, auxquels il procure des vêtements, des meubles et même un accompagnement pour les démarches administratives. Il aimerait faire du bénévolat auprès des réfugiés syriens, mais nous n’avons pas ce type d’occasions actuellement. Salah, en plus d’offrir son service d’entraide, travaille et étudie. Même s’il est très occupé, il trouve normal de venir en aide à ceux qui en ont besoin. Il trouve même qu’il n’en fait pas assez! Il dit que les habitants d’un pays ne savent pas ou ont oublié, pour certains, à quel point une immigration peut être difficile. Il ne veut pas laisser les gens livrés à eux-mêmes.

Faciliter son intégration

Alencar2Enfin, venu du Brésil, Alencar est designer. Il apprend le français depuis son arrivée au Québec l’automne dernier. Il veut faire du bénévolat dans son domaine, le graphisme, afin de pouvoir pratiquer le français. Il s’est adressé à Accès Bénévolat, dont lui avait parlé un ami. Il a tout de suite pu mettre son talent au service de l’organisme. Alencar reconnait que, jusqu’à présent, il n’avait rien entrepris, à part les cours de français, pour faciliter son intégration. Faire du bénévolat la favorise. Son bénévolat lui permet d’avoir des contacts avec des personnes, de parler de son expérience, de développer sa communication en français dans un contexte professionnel. Il lui a aussi permis de rencontrer une bénévole avec qui il a pu mettre en place un jumelage linguistique. Il parlera avec elle en portugais, tandis qu’elle lui fera pratiquer son français. Il avait déjà cherché à établir ce genre de jumelage auparavant, sans succès. C’est grâce à son bénévolat qu’il a pu le faire. Pour lui, faire du bénévolat est une expérience si positive qu’il a décidé, quand il aura fini sa mission avec Accès Bénévolat, de tenter des expériences qui ne seront pas en lien avec sa profession. De plus, il promeut le bénévolat dans son école, où beaucoup d’élèves en francisation se disent intéressés.

Des rencontres à renouveler

Au moment de partir, les participants au dîner-rencontre ont dit qu’ils étaient très contents de cette activité, qui leur a permis d’avoir des échanges constructifs sur le bénévolat avec d’autres immigrants. Ils avaient tous envie de revenir pour réitérer l’expérience! Nous en sommes très heureux et nous vous inviterons bientôt pour parler d’un autre sujet.

Advertisements

2 réflexions sur “Le bénévolat, participation citoyenne et inclusive

  1. Pingback: Mettez la main à la terre | Accès Bénévolat

  2. Pingback: Le bénévolat pour rester actif | Accès Bénévolat

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s