J’ai rencontré une bénévole

Il y a quelques semaines, j’ai eu la chance de rencontrer une bénévole. En fait, la présenter comme ça serait un peu restrictif. S’il est vrai que j’ai fait la connaissance de Mélanie parce qu’elle est bénévole au Groupe d’entraide de Mercier-Ouest (GEMO), je l’ai appréciée parce qu’elle est vivante, entière, généreuse, optimiste et bien d’autres qualificatifs qui, même si j’arrivais à en faire une liste exhaustive, seraient encore insuffisants. J’ai eu envie de vous la présenter et, afin de le faire avec le plus de justesse possible, je lui ai simplement demandé de répondre à mes questions. Je vous invite à découvrir cette jeune fée aux cheveux bleus…

Mélanie modifiée

Isabelle: bonjour Mélanie, merci d’avoir accepté cette entrevue. Peux-tu nous parler de toi brièvement?

Mélanie: j’ai 28 ans, je vis au Québec depuis 3 ans, je suis en attente de ma résidence permanente.

Isabelle: comment es-tu devenue bénévole au GEMO?

Mélanie: j’étais bénévole au Mouvement des Personnes D’Abord de Montréal (qui a fermé récemment suite à des coupures). Le directeur, qui connaissait la directrice générale du GEMO, Mme Des Rosiers, m’a recommandée auprès d’elle. Depuis le mois de septembre 2014, je fais du bénévolat au GEMO 5 jours par semaine.

Isabelle: tu es très impliquée! Qu’est-ce qui te motive?

Mélanie: en tant que nouvelle immigrée, il est important pour moi de rencontrer des gens et de mieux connaître ma société d’accueil et le milieu communautaire. C’est aussi pour moi l’occasion de me constituer un réseau et de rencontrer des gens qui sont dans le même cas que moi, ou ont connu des expériences similaires.

Isabelle: pourquoi le GEMO (en dehors du fait que tu avais été recommandée)?

Mélanie: j’ai choisi le GEMO parce qu’il offre un service direct aux personnes. En particulier dans un domaine, l’alimentation, qui est pour moi un sujet sensible. Je suis préoccupée par la « bouffe pas chère, vite faite », surtout pour les personnes pauvres. Le GEMO leur propose des produits frais et sains (y compris des fruits et des légumes). J’avais envie de faire partie de ce projet.

Isabelle: quelles sont tes tâches principales?

Mélanie: je m’occupe de l’accueil téléphonique et physique des personnes. Je reçois les clients du GEMO et réponds aux demandes de renseignements générales. Je suis également en charge du soutien administratif.

Isabelle: as-tu de l’expérience dans ce domaine?

Mélanie: j’ai un baccalauréat français (équivalent du DEC) en secrétariat et administration.

Isabelle: as-tu des expériences de bénévolat?

Mélanie: oui,  au Mouvement des Personnes D’Abord, qui s’adressait à des personnes avec des déficiences ou des problèmes de santé mentale légers, j’animais de cours d’alphabétisation et francisation, des cours de cinéma et je m’occupais également du soutien administratif.

Isabelle: combien d’heures par semaine consacres-tu au bénévolat?

Mélanie: 35 heures par semaine. Je n’ai pas le droit de travailler au Québec pour l’instant.

Isabelle: feras-tu encore du bénévolat lorsque tu pourras travailler?

Mélanie: oui, si j’arrive à concilier travail, bénévolat et famille (je suis maman d’une petite fille), j’aimerais m’impliquer auprès des personnes handicapées (j’ai de l’expérience professionnelle dans ce domaine).

Isabelle: pourquoi est-ce si important pour toi de faire du bénévolat?

Mélanie: je me considère comme une personne chanceuse dans la vie, donc je trouve normal de redonner à d’autres, qui le sont moins. De plus, enfant, j’ai été scout pendant de nombreuses années, l’engagement est quelque chose de naturel pour moi. Et puis, le faire dans un nouveau pays, cela me permet de montrer que j’ai envie de faire ma part d’implication citoyenne.

Isabelle: as-tu des amis qui en font ou auxquels tu le recommandes?

Mélanie: oui, plusieurs de mes amis nouveaux arrivants se sont inspirés de mon expérience, car le bénévolat est un bon moyen pour s’intégrer. Je pense également à une de mes amies, qui gère une station Couche-Tard et dont la grand-mère est décédée récemment. Elle a choisi de faire du bénévolat auprès des Petits Frères. Cela lui fait du bien, ça lui permet de garder un contact avec une personne âgée.

Isabelle: est-ce bien perçu dans ta famille, de faire du bénévolat?

Mélanie: chez nous, c’est une tradition familiale. Une de mes tantes gère un restaurant communautaire. Ma mère fait du bénévolat dans des maisons de retraite. Mon frère a fait beaucoup d’humanitaire et de l’animation dans des maisons de retraite.

Isabelle: le mot de la fin, qu’est-ce que tu retires de ton engagement?

Mélanie: le bénévolat me permet de faire de belles rencontres, de continuer à avoir foi dans l’être humain. La vie n’est pas aussi individualiste qu’on le dit. Tous ces gens qui font du bénévolat, qui sont concernés par l’autre, me réchauffent le cœur.

Publicités

2 réflexions sur “J’ai rencontré une bénévole

  1. Pingback: Pourquoi faire du bénévolat? | Accès Bénévolat

  2. Pingback: Les bénévoles jeunes, une espèce menacée ou un phénomène répandu ? | Accès Bénévolat

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s